TOP 10: Les animaux les plus rares au monde

Le règne animal est un endroit incroyable, plein de créatures colorées qui nagent, volent, courent, marchent et errent librement autour de la Terre. Malheureusement, de nombreux animaux sont au bord de l’extinction, y compris certains dont vous n’avez peut-être jamais entendu parler.

La survie de certaines espèces est en effet menacée par le faible taux de reproduction, la perte de leur habitat naturel et les effets du changement climatique. Vu le rythme auquel les choses s’accélèrent, il est probable que les prochaines générations ne pourront plus apprécier ces différentes espèces d’animaux qui sont encore pourtant parmi nous aujourd’hui.

#10 – Le Pangolin

Le Pangolin

Vous n’avez probablement jamais entendu parler du timide et nocturne Pangolin, qui vit dans les forêts ou les prairies d’Asie et d’Afrique. Les pangolins sont mignons, petits (environ la taille d’un chat domestique), et peuvent se protéger s’ils se sentent menacés en se recroquevillant en cercle.

Ils représentent aussi une espèce vulnérable, incroyablement populaire, et le mammifère le plus braconné au monde. L’organisation environnementale « WildAid » estime que chaque année, jusqu’à 100 000 pangolins sont attrapés et tués pour leurs écailles et leur viande.

Les écologistes luttent pour sauver le pangolin, le mammifère le plus vendu illégalement au monde, avant qu’il ne soit « mangé jusqu’à extinction ». Les communautés chinoises, vietnamiennes et d’Asie du sud-est considèrent la viande de Pangolin comme un mets délicat. Ce pauvre animal est aussi utilisé par la médecine traditionnelle chinoise.

Il existe encore huit espèces en Inde, Chine, Asie du sud-est et dans certaines régions d’Afrique, mais leur nombre ne cesse de décroître…

#9 – Le Rhinocéros de Java

Le Rhinocéros de Java

Le rhinocéros de Java est l’une de cinq sous-espèces rares de rhinocéros, proche du rhinocéros indien mais plus petit en taille. Ils étaient autrefois abondants en Indonésie et en Asie du sud-est, mais aujourd’hui il n’en reste plus qu’une soixantaine dans la nature.

Ces animaux impressionnants figurent désormais sur la liste des espèces en danger critique d’extinction. On peut considérer la guerre du Vietnam comme la principale raison de son extinction progressive, car elle a gravement appauvri son habitat naturel.

Mais aujourd’hui, ce sont les braconniers qui recherchent leurs cornes, tout comme celles des autres populations de rhinocéros, pour les vendre au marché noir. Au cours des 15 dernières années, seuls deux rhinocéros femelles de Java se sont reproduits avec succès, mais les efforts des programmes de reproduction en captivité n’ont pas donné de bons résultats.

#8 – Le Loup Rouge

Le Loup Rouge

Le loup rouge est le cousin du loup gris. Originaire d’Amérique du Nord, plus précisément de Floride et de Caroline du Nord, on ne compte aujourd’hui qu’environ 25 à 40 individus vivant à l’état sauvage.

L’UICN, réseau d’organismes et d’experts de l’Union internationale pour la conservation de la nature, classe les loups rouges dans la liste des espèces en danger critique d’extinction. Des efforts de conservation ont été faits pour sauver ces animaux intelligents, mais la situation est toujours dramatique.

Nous connaissons ces espèces canines pour leur timidité et leur capacité à s’accoupler tout au long de leur vie. Déjà en 1980, le loup rouge était considéré comme éteint dans son milieu naturel. Le nombre de loups rouges en captivité est maintenant passé à 207, et ils sont réintroduits peu à peu dans leur environnement sauvage.

Une réussite, certes, mais la cause principale de la mise en danger du loup rouge est toujours présente aujourd’hui: c’est le déclin de son territoire de chasse dû à l’expansion de l’homme. Heureusement, il existe des réserves naturelles pour protéger ces loups contre l’urbanisation, et leur permettre ainsi de garder un habitat naturel.

#7 – L’Okapi

L'Okapi

Bien que cette espèce rare soit parfois appelée « girafe des forêts », on peut dire qu’elle ressemble plus à un croisement entre un zèbre et une girafe. L’okapi a une longue langue, mais ses membres ont des rayures noires et blanches comme un zèbre et un physique semblable au cheval.

C’est le seul parent vivant de la girafe, car tous deux appartiennent à la famille des « Giraffidae », les girafes étant du genre « Giraffa » tandis que les okapis sont du genre « Okapia ». L’histoire de l’okapi semble remonter à l’Égypte ancienne, où l’on peut trouver des gravures murales de ces animaux.

Avant le 20ème siècle, il y avait des histoires de « licorne africaine » en Europe et en Asie. En 1887, Henry Morton Stanley a décrit une sorte d’âne nommé « Atti » au Congo. Aujourd’hui, nous savons que cette espèce mentionnée pourrait être l’Okapi. De nos jours, les scientifiques, zoologistes et érudits connaissent beaucoup mieux ces animaux étranges.

Alors que l’existence de l’Okapi n’est vraiment reconnue que depuis 1901, sa population s’est effondrée depuis, principalement à cause du braconnage. Protégé depuis 1933 et sur la liste des espèces en danger depuis 2013, il ne reste aujourd’hui qu’entre 5000 et 15000 individus dans la nature.

#6 – Le Léopard de l’Amour

Le Léopard de l'Amour

Nous connaissons également le léopard de l’Amour sous un autre nom: le « léopard de l’Est ». C’est l’espèce féline la plus menacée au monde, solitaire et nocturne, dont la population sauvage est estimée à pas plus de 90 individus.

Le léopard de l’Amour vit dans les forêts du bassin de l’Amour en Russie orientale, avec une certaine dissémination autour de la Chine voisine et un nouveau sanctuaire intégré en 2012. Ils ont le plus faible niveau de variation génétique de toutes les sous-espèces de léopards, ce qui les rend particulièrement vulnérables à l’extinction.

Ce léopard a de longs poils épais, qui varient selon leur environnement du jaune crème à l’orange rouille. Leurs rosettes (tâches) ont des bords noirs plus épais et sont plus nombreuses que celles des autres sous-espèces de léopards. Les pattes et la taille des pieds sont plus grandes que celles des autres sous-espèces, ce qui facilite leurs déplacements dans la neige profonde.

Malgré le fait que l’intervention humaine joue un rôle important dans l’extinction des léopards de l’Amour, leur faible degré de variation génétique est la principale cause du récent déclin de la population. En effet, elle engendre des problèmes de santé, y compris une fertilité réduite.

#5 – La Musaraigne Éléphant

La Musaraigne Éléphant

Ce petit rongeur africain est la musaraigne éléphant à croupion doré. Dans la famille des musaraignes éléphants, c’est le plus grand specimen avec son plus proche parent, le « Sengi à face grise ».

Cette musaraigne fait partie des espèces les plus menacées au monde, principalement en raison de la destruction de son habitat naturel. En effet, on peut encore trouver ce petit animal dans la réserve d’Arabuko Sokoke au Kenya, mais nous avons détruit une très grosse partie de son écosystème avec la déforestation.

Les chasseurs les capturent aussi dans des pièges, mais en raison du goût terrible de leur viande, les musaraignes éléphants ne sont pas utilisées comme source de nourriture.

#4 – Le Requin Ange

Le Requin Ange

On trouve ces espèces dans la mer Noire, la Méditerranée et l’Atlantique Nord. La surpêche est l’une des raisons de leur déclin. Dans les îles Canaries et les Caraïbes du Sud, il ne reste que quelques requins-anges.

Ils se cachent sous le sable jusqu’à 200 mètres de profondeur pour chasser, et attendent que des poissons viennent nager dans leur zone d’attaque pour se lancer sur eux. Les requins-anges se nourrissent principalement de petits poissons et d’autres petits animaux marins.

Classée en danger critique d’extinction, cette espèce a vu sa population chuter de près de 85% depuis 1990, un chiffre vertigineux qui continue d’augmenter. La pêche est l’une des causes principales de l’extinction de l’espèce, alors que dans la majeure partie des cas ce ne sont que des prises « accidentelles ».