TOP 10: Les événements les plus fous de l’histoire des échecs

Les échecs sont le plus grand jeu de stratégie jamais inventé. Il n’y a que 64 cases et 32 ​​pièces, mais la complexité du jeu dépasse l’imagination. Le mathématicien Claude Shannon, le « père de la théorie de l’information », a déjà calculé le nombre de parties uniques pouvant être jouées. La réponse est 10 puissance 120, ce qui est plus élevé que le nombre d’atomes dans l’univers connu!

Considérant les possibilités stupéfiantes inhérentes au jeu, certains pensent que jouer aux échecs pourrait éventuellement conduire à la folie. Cependant, rien ne prouve que les échecs rendent les passionnés fous. Peut-être que ce sont les fous qui gravitent autour des échecs car cela les aide à rester sains d’esprit.

#10 – Les plus étranges championnats du monde

Karpov VS Korchnoi

Les échecs sont avant tout un jeu de réflexion, et les joueurs font parfois des efforts ahurissants pour détourner l’attention de leurs adversaires. Mais pour des raisons insensées, la partie des championnats du monde entre Viktor Korchnoi (photo de gauche) et Anatoly Karpov (photo de droite) est la plus incroyable jamais jouée.

Les deux grands maîtres étaient des rivaux intenses. Karpov était un membre du parti communiste et un modèle du « nouvel homme soviétique ». Comme tous les joueurs d’échecs qui apportaient des honneurs à l’État soviétique, Karpov a été récompensé avec une Mercedes, un chauffeur, un appartement à Moscou et une datcha (résidence secondaire). Korchnoi, quant à lui, était un rebelle qui avait fait défection aux Pays-Bas en 1976 et avait constamment critiqué le système soviétique. Pour ces derniers, le Korchnoi juif était un personnage malade et immoral.

Le match pour le titre entre Bobby Fischer et Boris Spassky en 1972 a prouvé que la guerre froide pouvait être menée aussi intensément sur un échiquier que sur un champ de bataille. En 1978, Fischer avait perdu son titre et le monde libre était désormais représenté par Korchnoi. Sa confrontation avec Karpov, la calculatrice glacée derrière le rideau de fer, a eu lieu à Baguio, aux Philippines.

Pour leur premier match, Korchnoi portait des lunettes de soleil en miroir afin de cacher ses yeux au regard de Karpov, qui l’avait dérangé lors d’un match précédent. Karpov s’est plaint que les miroirs reflétaient la lumière dans ses yeux. Il a également demandé que la chaise de Korchnoi soit examinée à la recherche de « dispositifs prohibés », et a distrait son adversaire en faisant pivoter sa propre chaise pendant les matchs.

Le camp de Korchnoi s’est alors opposé au yaourt livré à Karpov pendant les matchs, suggérant que la couleur pourrait être une sorte de message codé. Peut-être un yaourt à la fraise signifiait un mouvement et un yaourt framboise un autre mouvement. Korchnoi a également été dérangé par un membre de l’entourage soviétique du nom de Vladimir Zukhar, un parapsychologue qui s’asseyait au premier rang et le regardait avec malveillance. Il soupçonnait Zukhar de l’hypnotiser et d’interférer avec ses ondes cérébrales. Grâce à l’impact “psychique”, Korchnoi était une véritable épave nerveuse au septième match.

Pour contrecarrer Zukhar, Korchnoi a fait venir Dada et Didi, deux membres d’une secte indienne appelée Ananda Marga. Zukhar demanda aux deux mystiques de lui enseigner le yoga et la méditation transcendantale. C’était maintenant au tour de la délégation soviétique d’être perturbée lorsque Dada et Didi ont plané autour d’eux pendant les jeux.

Relancé, Korchnoi est revenu de son retard de trois matchs sur un score de cinq à cinq. Celui qui remporterait le prochain match deviendrait le champion. Selon une information non confirmée, le KGB était prêt à empoisonner Korchnoi avant que cela ne se produise. Si c’est vrai, sa vie a probablement été épargnée quand il a perdu le tie-break. Après avoir échoué à battre Karpov dans leur match retour, Korchnoi a déclaré qu’il ferait venir la CIA la prochaine fois. Moscou se contenta de lui rire au nez.

#9 – Le prodige qui a renoncé aux échecs

Morphy VS Lowenthal

Au cours des dernières années, les échecs sont devenus un jeu assez ambitieux sur les plans politique, idéologique et monétaire. Cependant, cela n’a pas toujours été le cas. En fait, le premier champion du monde non officiel serait consterné par les énormes prix distribués aux concurrents des temps modernes. Paul Morphy (photo de gauche) a horreur du professionnalisme, écrivant jadis à un rival: « Permettez-moi de répéter que je ne suis pas un joueur professionnel, que je n’ai jamais voulu faire d’aucune compétence un moyen de m’enrichir, et que mon vœu le plus vif est de ne jamais jouer que pour l’honneur.”

Cependant, les pouvoirs surhumains de Morphy sur l’échiquier éblouissaient ses contemporains. Né à la Nouvelle-Orléans en 1837, Paul était un enfant prodige qui battait son père et son oncle à l’âge de 10 ans. Il n’avait jamais consulté de livre d’échecs, mais il manipulait les pièces avec une compréhension intuitive de la stratégie et de la tactique. À 13 ans, il a choqué le monde des échecs en battant le maître hongrois Johann Lowenthal (photo de droite). La grande ambition de Morphy de vaincre les meilleurs maîtres aux États-Unis et en Europe est alors devenue réalité.

Après avoir obtenu son diplôme en droit en 1857, Morphy se lance dans une quête folle. Howard Staunton, le joueur vedette de la Grande-Bretagne, l’a évité et a été accusé de lâcheté. À Paris, Morphy a affronté huit adversaires simultanément, ne mangeant ni ne buvant pendant 10 longues heures, jusqu’à ce que tous succombent sous son génie. Oh, et juste un petit détail en plus: il avait les yeux bandés! (Les mouvements étaient mentionnés à haute voix afin qu’il puisse les visualiser.)

Mais lors de ses tournées dans les cercles d’échecs européens, l’idéaliste Morphy était dégoûté de voir comment le jeu devenait une entreprise. Alors que Morphy aimait les échecs, il a été repoussé par cette pratique. Il a été encore plus dégoûté du jeu quand il a vu comment cela l’avait éloigné de choses plus importantes, en particulier de sa carrière dans le droit. Cependant, les gens étaient plus intéressés par Morphy le joueur d’échecs que par Morphy l’avocat, et sa pratique s’est terminée après seulement quelques mois. Ajoutant l’insulte à la blessure, une fille qu’il courtisait a rejeté l’idée d’épouser un « simple joueur d’échecs ».

Frustré, Morphy a simplement abandonné le match. Il hésitait même à jouer en privé et il n’éblouit plus jamais le monde avec son pouvoir. Beaucoup ont essayé de le convaincre de revenir faire ce pour quoi il a toujours eu un don. Une fois, Morphy, désespéré sur le plan financier, a demandé à un vieil ami de lui prêter 200 dollars. Cet ami a dit qu’il gagnerait 250 dollars si Morphy jouait avec lui. À contrecœur il accepta, mais manifesta son dégoût en perdant délibérément. Par la suite, il partit sans même prendre la peine de récupérer son argent.

À une autre occasion, Morphy fût informé que le champion du monde autoproclamé, Wilhelm Steinitz, était à la Nouvelle-Orléans et souhaitait le voir. Morphy a accepté à contrecoeur une réunion à la condition qu’il ne soit même pas fait allusion aux échecs. Après 10 minutes embarrassantes sans rien à se dire, Morphy et Steinitz se séparent.

Plus tard dans sa vie, Morphy a commencé à montrer des signes de folie. Il soupçonnait son beau-frère d’essayer de l’empoisonner et refusait de manger à moins que la nourriture ne soit préparée par sa mère ou sa sœur. Il croyait que les barbiers avaient l’intention de lui trancher la gorge. Il hantait “Canal Street” à la Nouvelle-Orléans, murmurant et souriant, tout en balançant sa canne contre tous ceux qui l’approchaient. Il harcelait également des femmes attirantes en ville pendant des heures.

Les parents de Morphy ont essayé de le placer dans un asile, mais il a défendu sa santé mentale en exposant intelligemment ses libertés civiles, persuadant ainsi les autorités de le laisser partir. Malheureusement, Paul Morphy, « fierté et chagrin des échecs », mourut chez lui le 10 juillet 1884.

#8 – Le Juif qui a dîné avec les nazis

Aron Nimzowitsch

Aron Nimzowitsch a sauvé les échecs de la rigidité de la doctrine qui a suivi la réforme de Steinitz. Il a enseigné au monde des échecs de nouveaux principes stratégiques et des manières plus créatives d’aborder le jeu. Ses théories ont été ridiculisées et écartées au début, mais la nouvelle vitalité qu’elles apportaient au jeu a été adoptée par de plus en plus de joueurs. Aujourd’hui, le style hypermoderne de Nimzowitsch a été justifié.

Nimzowitsch est né en 1886 à Riga, en Lettonie. Son père, un Juif hassidique, était un joueur d’échecs puissant. Enfant, Aron s’occupait en étudiant le Talmud, un des textes fondamentaux du judaïsme rabbinique et la base de sa loi. Mais après avoir appris les échecs à huit ans, il commença à jouer sérieusement. Au début du 20ème siècle, Nimzowitsch faisait partie des poids lourds des échecs. Il est devenu citoyen danois en 1922.

Comme beaucoup de joueurs, Nimzowitsch avait un style particulier. Sa crise de colère la plus célèbre est survenue lorsqu’il a sauté sur une table après une défaite et a crié: “Pourquoi dois-je perdre face à cet idiot?”, comme le rappelait son ami Hans Kmoch:

« Nimzowitsch souffrait de l’illusion de ne pas être apprécié et que la raison en était de la malice. Sa paranoïa était plus évidente quand il dînait en compagnie d’autres personnes. Il a toujours pensé qu’on lui servait des portions beaucoup plus petites que tout le monde. Il ne se souciait pas du montant réel mais seulement de l’affront imaginé. Une fois, j’ai suggéré que lui et moi commandions ce que l’autre voulait réellement et, lorsque la nourriture serait servie, échangions nos assiettes. Après cela, il secoua la tête avec incrédulité, pensant toujours avoir reçu la plus petite portion. »

Lors d’un tournoi à Bled en Yougoslavie, Nimzowitsch s’est présenté à la salle de jeu avec seulement un peignoir. Comme la reine de Yougoslavie devait arriver à tout moment, Kmoch prit son ami par le cou et le mit à la porte. Puis il y a eu ce moment où un médecin a dit à Nimzowitsch de faire de l’exercice plus souvent. Ce dernier a alors commencé à faire de la gymnastique suédoise pendant ses matchs. Selon le grand maître Reuben Fine, il se tenait la tête en attendant son tour de jouer.

Avec l’accession au pouvoir d’Hitler dans les années 1930, l’Europe est devenue un endroit beaucoup plus dangereux pour des Juifs comme Nimzowitsch. Toutefois, il restait confiant car il était protégé par trois consulats: le letton, le danois et le néerlandais (il travaillait pour un journal aux Pays-Bas). Il s’est vanté de cette protection auprès du ministre du Reich, Hans Frank. C’était le même Hans Frank qui allait plus tard massacrer des Juifs en Pologne, alors on peut dire que Nimzowitsch flirtait avec la catastrophe.

En 1934, l’Allemagne accueillit le match du championnat du monde Alekhine-Bogoljubov, suivi par Nimzowitsch comme reporter. Un jour, un haut responsable nazi entra dans la salle de presse. Nimzowitsch a exigé ses papiers d’identité et lorsque le nazi n’a pas réussi à les montrer, le journaliste lui a ordonné de sortir. Les spectateurs choqués s’attendaient à ce que le nazi se jette sur le juif qui a osé lui donner des ordres. Mais l’Allemand est simplement parti. Hans Frank a également regardé les matchs et a invité le groupe à sa villa pour le déjeuner. À la table, la paranoïa de Nimzowitsch refait surface et il commença à se plaindre que son assiette et son couteau étaient sales. En face de lui, le futur « Boucher de Pologne » prétendait ne pas entendre.

Nimzowitsch a eu de la chance que sa grossièreté ne l’ait pas tué. Il mourut d’une pneumonie en 1935. Toute la famille Nimzowitsch, à l’exception d’une sœur aînée, fut exterminée pendant la Shoah.

#7 – La bombe de sucre

Bombe de Sucre

Les maîtres des échecs sont connus pour employer des méthodes étranges dans le but de remporter leurs parties. Ruy Lopez, célèbre prêtre espagnol et joueur d’échecs du XVIe siècle, a déclaré: « Fais assoir ton adversaire avec le soleil dans les yeux ». Lucena, un autre joueur, recommandait d’« essayer de jouer après que votre adversaire ait mangé ou bu librement ».

Au 19ème siècle, Harry Nelson Pillsbury attribue sa clarté de pensée à une bouffée de cigare au cours de ses jeux. De son côté, Szymon Winawer a déclaré qu’il avait délibérément fumé de mauvais cigares afin que l’odeur fausse la concentration de son adversaire. Et lors du Championnat du monde de 1935, le superstitieux Alexander Alekhine plaçait son chat siamois sur l’échiquier avant un match en guise de porte-bonheur. Alekhine aurait également espéré une réaction allergique de son adversaire. Lorsqu’il lui fut interdit de jouer avec le chat sur ses genoux, Alekhine se mit à porter un pull-over avec une photo de son animal de compagnie.

Nous allons donc nous demander ce que Rosendo Balinas essayait de manigancer lors du tournoi “Lone Pine” de 1979. Grand maître philippin, Balinas jouait contre Jeremy Silman. Le jeu a démarré assez doucement, mais 10 tours plus tard, les choses sont devenues un peu folles. Voilà ce qu’il s’est produit selon le témoignage d’un témoin oculaire de Silman:

« À ce stade, Balinas déposa un thermos rempli de thé chaud sur la table. Puis il mit une grande tasse de miel à côté. Je m’attendais à ce qu’il prenne un peu de miel et le mélange avec le thé, mais à la place il m’a vraiment choqué… Il prit le thé, le versa dans le miel (qui se transforma en une pâte épaisse), puis en but chaque goutte jusqu’à la dernière. Consterné, je remarquais que ses yeux devinrent immédiatement vitreux lorsque le rush de sucre frappa son cerveau. Puis, souriant, il continuait de jouer. »

Mais le Philippin était tellement drogué par le sucre après cet acte incompréhensible d’auto-sabotage qu’il n’a pu jouer que 12 autres mouvements. Silman était tellement désolé pour lui qu’il ne prenait aucun plaisir à gagner facilement.

#6 – Échecs Et Espionnage

Échecs et espionnage

Il n’est pas étonnant que le KGB soit si impliqué dans les échecs. Le jeu se prête parfaitement aux opérations d’espionnage. Et comme l’URSS a toujours été un pays fou de ce jeu, déguiser ses communications en mouvements d’échecs était une couverture idéale. Le KGB avait en fait une section sur les échecs dans ses manuels. Dans les années 60 et 70, l’ambassade de l’Union Soviétique à Washington disposait d’un expert en matière d’échecs, qui était également un agent du KGB. Selon le transfuge Lev Alburt, bon nombre de ces grands maîtres soviétiques étaient des “infiltrés du KGB”.

En 2009, un certain nombre de cartes postales sont apparues, toutes adressées à Graham Mitchell. Mitchell était un directeur général adjoint du MI5 britannique dans les années 1950. En ce qui concerne les notes cryptées, elles abordaient toutes le thème des jeux d’échecs et les experts soupçonnaient qu’il s’agissait d’une sorte de code. Les cartes postales auraient été envoyées par un agent infiltré de Francfort, plaque tournante de l’espionnage pendant la guerre froide. Elles contenaient des annotations pour décrire divers mouvements. Cependant, il s’agissait probablement de chiffres avec des informations secrètes. Des messages cachés auraient également pu être insérés dans le texte à la tournure suspecte. Par exemple, l’agent écrit:

Mis à part Dr Balogh, j’ai toujours des combats difficiles dans mes jeux.

Contre Collins, je suis tombé dans une variante de la défense de Nimzowich qui devrait sûrement être perdue!

Je vais essayer de trouver une nouvelle idée pour défendre. Mais je n’ai que peu d’espoir. Tous mes jeux avancent rapidement.

Est-ce que je t’ai envoyé des jeux de moi? Et que s’est-il passé dans les vôtres?

9. . 5435 10. 1432 12.-16./6. 16./6. = od

On ignore si l’agent travaillait pour le MI5, Mitchell étant alors soupçonné d’être un espion soviétique. En tant que responsable du contre-espionnage, Mitchell aurait pu recruter des agents doubles pour le KGB. Cependant, aucune preuve de trahison n’a été trouvée et Mitchell a pris sa retraite en 1963.

La proximité étroite entre les échecs et les ruptures de code a également amené Alastair Denniston, le directeur de Bletchley Park, à recruter des joueurs d’échecs pour décoder la machine allemande Enigma pendant la Seconde Guerre mondiale. Les maîtres des échecs Harry Golombek, Hugh Alexander et Sir Philip Stuart Milner-Berry se sont immédiatement retirés de l’Olympiade des échecs de 1939 pour se rendre à Bletchley Park. Le mathématicien Alan Turing, membre le plus en vue de l’équipe d’analyse de code, a par la suite créé un programme d’échecs… et cela des années avant que les ordinateurs nécessaires pour exécuter un tel programme voient le jour.

#5 – Le champion du monde qui a battu Dieu

Wilhelm Steinitz

Wilhelm Steinitz a changé à jamais la façon dont les échecs sont joués grâce à ses théories révolutionnaires, lui valant ainsi le titre de « Père des échecs modernes ». Il a mis fin à l’ère “romantique” des échecs, une période où les attaques sournoises et les sacrifices éclatants étaient la norme, et l’a remplacée par une manière de jouer plus scientifique et analytique .

Steinitz est né à Prague en 1836 de parents juifs. Contrairement à Paul Morphy, cela ne le dérangeait pas de gagner sa vie grâce aux échecs. Il a vaincu le meilleur joueur du monde en 1866, Adolf Anderssen, et s’est auto-proclamé champion du monde. Mais son égoïsme et sa mauvaise humeur ne lui apportèrent que peu de fans. Néanmoins, il a défendu plusieurs fois son titre avec compétence. Il a battu le russe Mikhail Tchigorin à distance, étant à New York et Tchigorin à La Havane. La police de New York a arrêté Steinitz en tant qu’espion parce qu’elle avait mal interprété ses mouvements d’échecs comme des tactiques d’espionnage.

L’utilisation de la technologie pour jouer aux échecs à longue distance a pris une tournure étrange lorsque Steinitz a prétendu qu’il avait utilisé un téléphone pour appeler Dieu et le battre aux échecs, même après lui avoir donné un pion supplémentaire. C’était un âge où l’électricité était en grande partie un mystère. Le téléphone en était encore à ses balbutiements. C’était aussi l’apogée du spiritualisme, et il a été spéculé que l’électricité pourrait avoir quelque chose à voir avec le royaume tout aussi mystérieux du surnaturel. Si Dieu, les anges et les esprits étaient des entités électriques comme certains le supposaient, alors il était peut-être possible de communiquer avec eux par des moyens électriques.

L’histoire de Steinitz vainqueur de Dieu est probablement un mélange confus de deux incidents distincts. Dans le premier, Steinitz envisageait la possibilité de téléphoner ou de télégraphier à Dieu. Dans la seconde, il spéculait sur ses résultats s’il devait défier Dieu aux échecs. Pris dans ce contexte, il est difficile d’interpréter l’histoire comme un signe de la folie de Steinitz, comme l’ont fait certains historiens.

Pourtant, il ne fait aucun doute que Steinitz avait des problèmes mentaux. Qu’ils aient été causées par les échecs ou par un autre facteur est sujet à controverse. Quoi qu’il en soit, en 1899, son état s’est aggravé après avoir échoué lors d’un tournoi à Londres. Steinitz a dû être enfermé dans un sanatorium. Le champion des échecs est décédé le 12 août 1900, pauvre et fou.

#4 – Parties simultanées et les yeux bandés

François-André Philidor

Jouer aux échecs sans voir est un exploit de mémoire incroyable. Le faire simultanément contre plusieurs adversaires rend la chose encore plus impressionnante. Cela a déjà été considéré comme tellement miraculeux qu’au Moyen Âge, un observateur pensait qu’un joueur aux yeux bandés était en ligue avec le diable. Lorsque François-André Philidor (photo ci-dessus) a vaincu deux adversaires lors d’un match avec les yeux bandés au 18ème siècle, des témoins oculaires ont été invités à signer des déclarations sous serment confirmant que c’était vraiment arrivé.

La plupart des maîtres peuvent normalement visualiser les positions dans leur tête. Le champion cubain Jose Raul Capablanca a même jugé inutile de posséder un jeu d’échecs à la maison. S’il devait créer une position d’échecs réelle, il utilisait simplement des articles ménagers courants, tels que deux morceaux de sucre pour remplacer des tours.

Les échecs aux yeux bandés sont épuisants physiquement et mentalement. Dès le début, les gens ont prévenu que ces prouesses pourraient endommager le cerveau. Par exemple, une annonce nécrologique du “New York Sun” pour Paul Morphy a déclaré: « La tension dans son cerveau a provoqué une fièvre cérébrale, dont il ne s’est jamais remis. » Et “The Philadelphia Evening Bulletin” a déclaré que Wilhelm Steinitz avait « été rendu fou par le jeu qu’il avait consacré sa vie à maîtriser. »

En 1930, l’URSS a interdit les échecs aux yeux bandés en raison de ses risques supposés pour la santé, et un joueur russe serait mort en tentant de battre le record du monde du nombre d’adversaires. Le champion du monde Mikhail Botvinnik a mis en garde de ne pas entreprendre un tel exploit, et son élève Garry Kasparov a refusé de le tenter avec sérieux.

Ce danger perçu n’a pas empêché certains maîtres de repousser les limites et leur nombre d’opposants a régulièrement augmenté au fil des ans. Pillsbury en a marqué 20 et Richard Reti a joué contre 29. Alekhine en a défié 32, et George Koltanowski en a affronté 34.

Lorsque la guerre a éclaté en Europe, de nombreux joueurs se sont retrouvés bloqués en Argentine après l’Olympiade de 1939. Les joueurs juifs ont particulièrement estimé que rentrer chez eux serait imprudent. Sans aucun moyen de communiquer avec sa famille en Pologne, Mojsze Najdorf a eu une idée originale. Il tenterait d’établir le record du monde dans de parties simultanées avec un bandeau sur les yeux. Ce n’était pas accomplir un exploit qu’il l’a fait. Najdorf espérait que cette prouesse serait rapportée en Europe afin que sa famille puisse lire la nouvelle et savoir qu’il était en sécurité.

Najdorf a affronté 40 adversaires, remportant un nombre impressionnant de 36 matchs, un nul et trois défaites. Tragiquement, il n’a jamais entendu parler de sa famille. Quand Najdorf est rentré en Pologne après la guerre, il a découvert qu’ils avaient tous péri. N’ayant plus rien pour vivre dans son pays natal, Najdorf est retourné en Argentine, s’y est installé et a changé de nom pour devenir Miguel. Heureusement, il a vécu jusqu’à un âge avancé, tout en restant lucide et parfaitement sain d’esprit.

#3 – Pour l’amour du jeu

L'Amour du Jeu

La dépendance aux échecs est une chose réelle. Comme HG Wells a dit un jour: « La passion de jouer aux échecs est l’une des plus inexplicables dans le monde. C’est la plus absorbante des occupations, le moins satisfaisant des désirs, une excroissance sans but sur la vie. Cela annihile un homme. Il n’y a pas de remords aussi puissants que le remord des échecs. »

Les échecs peuvent vous faire ignorer votre travail, votre conjoint et même votre propre vie. En 813, la lutte de succession entre les frères calife Muhammad ibn Harun al-Amin et al-Ma’mun atteignait son paroxysme alors que les forces d’al-Ma’mun assiégeaient Bagdad, la capitale des Abbassides. Dans un bain de sang sans précédent, al-Ma’mun a avancé de rue en rue jusqu’au Golden Gate Palace. À l’intérieur de ses épais murs circulaires, le calife Al-Amin était engagé dans un type de bataille différent. Au lieu de combattre son frère, il affrontait son eunuque préféré, Kauthar, dans une partie d’échecs .

Selon l’historien islamique médiéval Jirjis al-Makin, un messager a fait irruption dans l’annonce de l’arrivée de l’ennemi. « O commandant des fidèles », implora l’émissaire, « ce n’est pas le moment de jouer. Je vous prie de vous lever et de vous occuper de problèmes plus graves. » Il aurait tout aussi bien pu être à des années-lumière de là. Al-Amin était trop absorbé par le jeu pour prêter attention aux demandes désespérées du messager lui demandant de s’échapper tant que le temps le permettait encore.

« Patience mon ami », répondit calmement le calife. « Je vois que dans quelques mouvements, je serai en mesure de mettre Kauthar échec et mat ». Quelques instants plus tard, al-Amin piégea triomphalement le roi de son adversaire et gagna la partie. Mais à ce moment-là, il était déjà trop tard pour Al-Amin. L’homme qui a mis son eunuque échec et mat l’a été lui-même lorsque ses ennemis ont envahi le palais. Al-Amin fut rapidement décapité et son frère Al-Ma’mun s’empara de l’empire des Abbassides.

HG Wells avait raison. Les échecs peuvent annihiler un homme.

#2 – Fischer et le faux prophète

Bobby Fischer

Aucune discussion sur la folie des échecs ne serait complète sans la mention de Bobby Fischer (photo de gauche), la légende qui est tombée dans la paranoïa et la noirceur au cours de ses dernières années. La démolition à elle seule du colosse des échecs soviétiques a récemment été interprétée dans le film “Pawn Sacrifice” avec Tobey Maguire.

Pour beaucoup, l’obsession de Fischer pour les échecs a été sa perte. L’homme a un jour déclaré: « Tout ce que je veux faire, c’est juste jouer aux échecs . En fait, sa préoccupation inquiétait tellement sa mère qu’elle l’a emmené chez un psychiatre. La légende raconte que lorsque Fischer a perdu sa virginité à 19 ans, il a déclaré à propos de l’expérience : « Les échecs sont plus satisfaisants ».

Mais Fischer était réellement intéressé par autre chose: la religion. Au milieu des années 1960, il s’engage dans une secte (l’Église mondiale de Dieu). Elle était dirigée par un homme qui s’appelait Herbert W. Armstrong (photo de droite) qui avait fondé son culte à la radio avec des prophéties sur la fin des temps. La pierre angulaire du scénario apocalyptique étrange d’Armstrong reposait sur le fait que les États-Unis et la Grande-Bretagne étaient en réalité issus des Dix tribus perdues d’Israël. Il a enseigné que Dieu punirait l’Amérique et la Grande-Bretagne via une invasion des États-Unis par l’Europe, dirigée par l’Allemagne. Normalement rationnel et logique, Fischer a tout cru sans se méfier ou poser de questions.

Fischer était devenu fou et essayait de respecter tous les enseignements du culte comme la pratique du sabbat, les lois alimentaires et la dîme. Il lui était également interdit de se lier d’amitié avec des personnes « non converties ». Il se forçait à étudier la Bible et à prier, même après son retour épuisé du club d’échecs à quatre heures du matin. Fischer a également commencé à donner son argent durement gagné au culte. Après avoir remporté le championnat du monde en 1972, il a envoyé 61 200 dollars de sa récompense financière à la secte.

En attendant, il n’a jamais amélioré son niveau de vie ni celui de sa mère, une femme qui vivait dans un appartement minable sans salle de bain. En revanche, Armstrong menait un style de vie somptueux, parcourant le monde entier dans son jet privé et offrant des cadeaux coûteux aux dirigeants mondiaux.

Armstrong avait prédit une grande tribulation imminente depuis les années 1930 et il a été par conséquent facile de lui prouver ses torts à plusieurs reprises. Il était en train de prophétiser 1972 comme année apocalyptique, mais lorsque l’année passa, Fischer commença à voir Armstrong pour ce qu’il était: un faux prophète et maître manipulateur. Il a également entendu parler des frasques sexuelles du fils de Herbert, Garner Ted, et a conclu que ces deux personnes étaient des hypocrites. Fischer a alors quitté la secte. Il ne put que se lamenter à la fin: « Et j’aurais dû savoir que tout cela n’était qu’un tas de mensonges. Il jouait juste avec moi. Mensonge après mensonge… »

#1 – La rage des échecs

La Rage des Échecs

Bobby Fischer a dit un jour: « Les échecs sont une véritable guerre. L’objectif est d’écraser l’esprit de l’adversaire ». Et quant à sa plus grande satisfaction, Fischer expliqua: « J’aime le moment où je brise l’ego d’un homme ». Il y a peu de choses aussi humiliantes qu’une défaite aux échecs. Pas étonnant que les perdants de l’histoire se soient perdus et livrés à une violence meurtrière.

La plupart des anecdotes de perdants douloureux concernent la royauté. Pépin le Bref aurait tué son adversaire, le prince Okarius de Bavière, en le matraquant avec une tour. En 1027, Earl Ulf perd son sang froid et renverse l’échiquier lorsque son adversaire, King Canute, prend un de ses pions. Canute ordonna l’exécution du comte.

Guillaume le Conquérant a frappé un prince français avec un échiquier après son échec. Une bagarre entre le roi Henri Ier d’Angleterre et le Français Louis VI aux échecs en 1120 aurait déclenché une guerre de 12 ans.

En remontant encore plus loin, un calife d’Ummayad nommé Al-Walid a tué son courtisan en lui jetant le “firzan” (une reine) à la tête. Qu’est-ce qui a provoqué cette petite explosion? Eh bien, il a découvert que son courtisan perdait délibérément ses parties d’échecs, et cela ne plaisait pas à Al-Walid.

On peut s’interroger sur l’authenticité de tels récits, mais il y a trop d’histoires pour les ignorer toutes. Sur la base des preuves, il semble probable que certains dirigeants ont mal réagi pour vaincre ou, dans le cas d’Al-Walid, perdre avec honneur. À cette époque, les jeux d’échecs étaient en pierre et étaient certainement des armes tentantes pour les mains d’un joueur frustré. Aujourd’hui, nous sommes plus sportifs et, de plus, les jeux d’échecs sont maintenant en bois ou en plastique. Nous avons donc relégué cette violence au passé médiéval… Mais est-ce vraiment toujours le cas?

De nombreux joueurs modernes expriment leur colère en faisant des crises, comme Alekhine qui lance des pièces à travers la salle ou qui détruit des meubles. Mais parfois, les jeux se terminent même de manière sanglante. Le cas le plus extrême a eu lieu à Dublin en 2014 lorsque Saverio Bellante a poignardé à mort Tom O’Gorman. Pourquoi? Eh bien, Bellante est devenu furieux après que O’Gorman ait qualifié la façon de jouer avec son roi de « stupide et perverse ». Bellante a ensuite ouvert sa victime et mangé une partie de son cœur. Un jury a finalement déclaré Bellante non coupable pour cause d’aliénation mentale.


Vous aimez cet article?
Likez nous sur FB et recevez les nouveaux!