TOP 10: Les poissons les plus dangereux du monde

Avant de commencer cette liste des poissons les plus dangereux du monde, il est important de mentionner les créatures marines qui ne seront pas intégrées dans ce classement. Tout d’abord, il y a les requins. Il est évident que si nous devions les mentionner ici, ils occuperaient la majeure partie du Top 10. Les requins méritent un classement qui leur est propre, et seront donc écartés dans cet article.

Ensuite, il y a les méduses. Beaucoup de gens ne savent pas dans quelle catégorie mettre ces invertébrés visqueux, mais une chose est sûre: ce ne sont pas des poissons! De plus, beaucoup de méduses sont dangereuses et elle méritent aussi un classement pour elles seules.

Vous allez constater que même après avoir enlevé ces 2 catégories de créatures marines, il y a encore beaucoup de poissons dans les rivières, les lacs et les océans du monde qui sont plus que capables de nous tuer.

Pour arriver à nous mettre en danger, beaucoup ne dépendent pas uniquement de leur taille, de leur vitesse et de leurs dents pointues comme le font les requins. Au lieu de cela, ils ont une gamme d’armes naturelles comme le venin, la suralimentation électrique ou autres attributs très étranges…

#10 – Candiru

Candiru

Aussi connu sous le nom de « poisson cure-dent » en raison de sa forme élancée, le candiru (Vandellia cirrhosa) est l’un des habitants les plus notoires du fleuve Amazone. La réputation désagréable de ce minuscule poisson-chat provient probablement de son autre nom: le « poisson vampire ». Le candiru se nourrit en s’attachant aux autres branchies des poissons et en puisant dans les nombreux vaisseaux sanguins qui s’y trouvent.

Ce que ce petit poisson espiègle est censé faire aux humains est bien pire qu’un petit suceur de sang. L’histoire raconte que le candiru a la fâcheuse habitude de s’introduire dans le pénis des hommes où il devient pratiquement impossible de l’enlever en raison de ses épines tournées vers l’arrière. Pire que ça: vous n’avez même pas besoin d’entrer dans l’eau pour être vulnérable aux attaques. Une victime a affirmé que le petit monstre de la rivière a nagé dans son jet d’urine et s’est inséré. Ca paraît fou ? Pourtant, cet article de France TV Info relate cet événement très étrange.

Cela dit, il est clair que ce cas unique paraît trop bizarre pour être vrai, et il est fort probable qu’il s’agisse en fait d’un mythe urbain. Le biologiste marin américain qui a enquêté sur l’affaire a suggéré que la probabilité d’être attaqué par un candiru de cette manière était à peu près aussi probable que « d’être frappé par la foudre tout en étant mangé par un requin ». En même temps, c’est sûrement mieux comme ça. Si ce n’était pas le cas, on serait vraiment tentés de placer ce poisson plus haut dans la liste!