TOP 10: Les milliardaires qui sont partis de rien

Des milliardaires en dollars, on en dénombre 2095 à travers le monde selon le magazine spécialisé Forbes de mars 2020. Certes, il n’y a rien d’extraordinaire à être extrêmement riche en héritant de sa fortune ou en bénéficiant d’un soutien financier colossal de la part de ses proches pour se lancer dans les affaires.

Mais faire partie de la sphère des milliardaires qui sont partis de rien, cela suscite en revanche de la curiosité et de l’admiration. L’histoire à la fois tragique et fantastique de ces milliardaires hors du commun mérite aujourd’hui d’être racontée.

Contrairement à leurs homologues qui ont connu l’abondance et l’aisance, ils ont en effet grandi dans la pauvreté. Ils ont partagé un ou plusieurs points en commun: des parents immigrants, une mère adolescente et/ou célibataire, l’orphelinat, l’abandon scolaire… Bref, ils ont connu une enfance très difficile et un début dans la vie pour le moins misérable.

Et pourtant… Ces milliardaires qui étaient cruellement démunis dans leur enfance constituent l’écrasante majorité de l’ensemble des milliardaires que compte la planète. Ils sont aujourd’hui en train de marquer l’histoire contemporaine du monde des affaires à travers leurs réussites. Mais qui sont-ils ?

#10 – Roman Abramovitch

Roman Abramovitch

Orphelin dès sa tendre enfance, le futur détenteur de Chelsea Football Club et du plus grand yacht du monde a vécu dans une pauvreté assez caractéristique de la guerre froide. Il fut élevé par son oncle dans le nord de la Russie, dans des conditions particulièrement difficiles que connaissent malheureusement de nombreuses familles russes.

Mais sans s’y attendre, un petit geste allait changer complètement sa vie: il reçut de l’argent de la part de ses beaux-parents en guise de cadeau de mariage. Roman Abramovitch commença par investir cet argent dans le marché informel de la parfumerie.

Il est encore étudiant quand il crée, plus tard, une petite entreprise de production de jouets plastiques. Son business allant grandissant, il poursuit sa carrière en lançant sa propre compagnie pétrolière. En 2005, la reprise de cette dernière par le géant Gazprom permet à Roman Abramovitch d’empocher la somme astronomique de 13 milliards de dollars.